Article


Accueil du site > Actualités > Création d’une structure ou d’une cellule de soutien aux victimes de mobbing (...)

  Création d’une structure ou d’une cellule de soutien aux victimes de mobbing ou de harcèlement sur les places de travail

jeudi 19 mai 2016

Préambule

Signe de notre temps, la compétition sur les places de travail est devenu un fléau, cela, se traduit souvent par du mobbing ou du harcèlement sous diverses formes imaginables.
L’être humain, c’est bien connu est, très inventif quant il s’agit d’éliminer un problème même, s’il s’agit de l’un de ses semblable.
La souffrance au travail à de la peine à s’exprimer. Si elle se manifeste, elle est incomprise, parce qu’elle peut prendre une ampleur qui peut mener à la stigmatisation de la victime.
Il est important, que ces victimes en but à des problèmes psychiques au travail soient entendues. Cela permettrait d’agir en amont d’événements qui pourraient pénaliser lesdites victimes.
Le but d’une telle structure, est de préserver l’intégration sociale des victimes au monde du travail.
Cette problématique récente, est un défi pour les organisations syndicales. Ceci aurait pour effet d’aborder pour notre syndicat une facette différente du monde du travail traité habituellement dans nos bureaux.
Traiter efficacement cette problématique contribuerait à donner une image positive dans le public en faveur de notre action syndicale.
Par extension, cela pourrait réduire les coûts de la santé de manière induite, par une prévention aux dommages psychiques.
Dernière chose, cela déboucherait sur une vision du monde du travail bien souvent occulté.
Nous trouverons des arguments pour améliorer les places de travail et leur environnement.
Il ne faut jamais oublier que les conditions de travail déterminent la qualité de nos vécus et, sont de ce fait stratégiquement incontournables pour un syndicat.

Concept

1) Accueil

2) Ecoute

3) Conseil

4) Soutien

5) Analyses

6) Finalité et objectifs

1) Accueil

Recevoir la personne en difficulté dans un endroit calme et discret.

Créer une ambiance qui permet à la personne de s’exprimer sur ses difficultés.

2) Ecoute

Entretenir un climat de confiance avec la personne en entretient.

Tout doit pouvoir être dit et entendu sans gêne.

3) Conseil

Orienter la personne en difficulté vers des médecins connaissant la problématique de la souffrance au travail.

Avoir le conseil d’avocats ou de juristes provenant de nos milieux, connaissant les problèmes de la souffrance au travail.

4) Soutien

Suivre la personne en difficulté dans la conduite de ses démarches.

Voir avec la personne en difficulté si d’autres actions sont à entreprendre.

Voir le résultat des démarches effectuées.

5) Statistiques

Collecter le nombre et la fréquence des problèmes psychosociaux survenus en entreprise.

Chercher à savoir le type d’atteinte à la personnalité qui se répète le plus souvent sur les lieux de travail.

Chercher à savoir, quelles sont les régions où les problèmes psychosociaux sont les plus nombreux.

Chercher à savoir, dans quels types d’industrie ou d’activités dans lesquels présentent des problèmes psychosociaux.

6) Finalité et objectifs

Analyser les raisons qui poussent à porter atteinte à la personnalité d’un travailleur.

Traiter les données récoltées sur le terrain pour savoir quels sont les origines du harcèlement.

Chercher à savoir les solutions que l’on peut trouver à ces maux.

A l’aide des données statistiques et des analyses qui en découlent, mettre au point une argumentation pour avoir des moyens de négocier plus efficacement

Conclusion

Le coût des maladies psychiques dues à la souffrance au travail explosent depuis trop longtemps.
Avec la 5e révision de l’AI. Il y a des malades qui ne remplissent plus les conditions pour être mis au bénéfice des prestations de l’AI.
Ces malades ne peuvent cependant pas reprendre le travail. C’est clairement un transfert de charges à l’endroit de l’assurance-maladie et des services sociaux dans les communes où résident les malades.
A l’avenir on peut espérer une baisse des coûts de la santé si, la problématique de la souffrance au travail est prise en compte.
Le syndicat en s’occupant de cette problématique s’octroie une place de choix car, il aura une vision plus claire des relations humaines sur les places de travail. Cette vision pourra être utilisée dans le cadre de négociations conventionnelles. En plus, en se saisissant de ce problème notre syndicat rempli son devoir envers la société qui se déshumanise de plus en plus et devient de ce fait une force morale incontournable. Car, il ne faut jamais oublier que les droits de l’homme ne sont pas là pour faire joli dans le décor.

Il ne faut pas gagner sa vie à la perdre au travail.

La santé au travail ne doit pas être le parent pauvre de la médecine en Suisse.

La justice existe, parce l’injustice fait naitre la souffrance.

Thierry Cortat
Route de Porrentruy 19
2800 Delémont

Tél. 032 / 422.61.57

CS*POP  |   info@cspop.ch  |   Dernière mise à jour: le 24 avril 2017

SPIP | Se déconnecter ] | | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Visite